INTERVIEW DÉCOUVERTE DE VIRGINIE, LA CRÉATRICE

INTERVIEW DÉCOUVERTE DE VIRGINIE, LA CRÉATRICE

Derrière chaque marque se cache une personne, une histoire. Lady Green n’y échappe pas :-). La marque est née avec un panel de 200 jeunes filles mais qui est la personne qui a lancé le débat ? Qui est celle qui a su rassembler toutes ces jeunes filles autour de ce beau projet ? Quel est son quotidien ? Quels sont ces rêves ? Depuis 8 ans, Virginie a vu sa marque naître, grandir, … place à une interview pleine d’émotions !



Bonjour Virginie ! Tout le monde rêverait de se lancer, d’ouvrir son propre commerce, de lancer sa marque sans jamais trop oser. Quel a été ton déclic ? Raconte-nous ce matin où tu t’es dit, je me lance !

J’ai toujours rêvé de créer ma propre marque de cosmétiques, mais c’est longtemps resté un rêve de petite fille, je ne pensais pas le faire vraiment un jour !

Tout a commencé quand j’ai eu la chance de découvrir le secteur de plus près en travaillant en marketing-communication pour des grands noms de la beauté au Canada. J’ai découvert alors les coulisses d’un univers qui m’a fasciné. Le côté esthétique, créatif, sensoriel m’a tout de suite plu. Puis je me suis de plus en plus intéressée aux formules, aux ingrédients, découvrant un autre aspect tout aussi passionnant.

Après près de 6 ans passés au Canada à travailler pour de grandes marques cosmétiques, je suis rentrée vivre en France. A 27 ans, remplie d’optimisme et de « rêves américains », j’ai alors eu envie de créer mon entreprise dans le secteur de la beauté. Après avoir travaillé pour les géants du secteur, j’avais envie d’accompagner de plus petites marques, en création ou en lancement. J’ai alors créé une petite agence de conseil pour aider ces marques dans leur marketing, leur communication mais aussi le choix de leurs packagings. Et c’est en rencontrant tous ces créateurs de petites marques, en les accompagnant dans leur quotidien, que j’ai eu le vrai déclic. Je n’avais plus simplement envie de les accompagner, j’avais envie de créer ma propre marque, de lui donner vie…

A titre personnel, j’étais passée depuis des années à la cosmétique naturelle et notamment bio. En faisant quelques recherches, j’ai réalisé qu’aucune marque ne proposait de produits bio à destination des jeunes filles. J’ai interrogé plusieurs d’entre elles, et il semblait y avoir un réel besoin pour une marque qui leur propose des produits à la fois naturels, efficaces et agréables. Ainsi est né l’idée de Lady Green.



Quelle était ta plus grande crainte à l’époque ? Et surtout comment l’as-tu surmontée ?

Cela peut sembler étrange, mais je n’ai pas eu de vraie crainte à l’époque. Je rentrais tout juste d’Amérique du Nord avec ce sentiment que tout est possible quand on croit en ses rêves. Soutenue à 200% par mon compagnon Adrien, je me suis lancée sans trop me poser de questions. Avec du recul, je me dis que c’était peut-être un peu de naïveté, d’inconscience… mais peu importe puisque c’est ce qui a permis de créer Lady Green !

Même si je n’avais pas de craintes particulières à ce moment-là, je voulais quand même être sûre de proposer des produits efficaces et sécuritaires. J’ai donc impliqué Adrien dès le début du projet. Il est docteur en biologie cellulaire, c’est lui qui m’a aidée à sélectionner les bons ingrédients actifs pour Lady Green et à garantir la sécurité des produits (il a depuis rejoint l’aventure et co-dirige l’entreprise avec moi). Bien sûr, je me suis aussi appuyée sur des laboratoires renommés pour formuler et fabriquer les produits.

Finalement, le plus difficile dans la période de création de Lady Green a été la recherche de financements. Les banques étaient assez frileuses, d’autant plus que je me retrouvais souvent face à des hommes d’un certain âge, pas du tout sensibilisés aux cosmétiques pour les jeunes filles ! Et d’ailleurs, c’est finalement une femme (et maman d’adolescents) qui m’a financée au début. Je ne l’oublierai pas, c’est elle qui a rendu possible la fabrication des premiers produits Lady Green.



Aujourd’hui Lady Green est vendue dans près de 800 points de vente en France mais j’imagine que tout n’est pas simple pour autant ? Quel est ton plus grand défi au quotidien ?

Le plus grand défi au quotidien reste la trésorerie. Même si aujourd’hui nous sommes une super équipe de 10 personnes, nous sommes encore une petite structure avec des budgets limités. La cosmétique est un univers concurrentiel et nous avons en face de très grosses marques avec des budgets marketing colossaux… Mais on fait avec nos moyens et cela nous oblige à faire preuve d’une grande créativité ! Parfois je me dis que nous pourrions nous développer plus vite si nous avions le budget d’une grande marque. Mais nous avançons à notre rythme et avec nos valeurs, cela nous permet de prendre le temps de faire les bons choix, d’être toujours plus à l’écoute de nos consommatrices et c’est surement mieux ainsi.


Lady Green_Interview Virginie

On idéalise souvent la journée type d’une créatrice, on l’imagine partagée entre la création et ses équipes, quelle est ta journée type ?

A vrai dire, je n’ai pas vraiment de journée type et c’est ce que j’aime dans mon travail, aucune journée ne se ressemble ! Je jongle entre la gestion des équipes, le développement de nouveaux produits, la réflexion sur l’écologie et comment rendre nos packs plus green, les impératifs réglementaires, la gestion financière de l’entreprise … C’est très riche et intense, j’adore ça ! Je ne m’ennuie pas une minute :)



8 ans après la création de la marque, quelles autres activités te tiennent à cœur pour garder un équilibre ?

Je passe beaucoup de temps avec mes enfants (j’ai une fille de 8 ans et un garçon de 5 ans). On me dit souvent que ça doit être compliqué de gérer une entreprise quand on a des enfants. Je pense au contraire que c’est une vraie chance, ça nous donne de la force.Les enfants sont parfaits pour nous aider à garder un équilibre ! Ils ont leurs besoins et leur propre réalité qui nous aide à garder les pieds sur terre et nous obligent à « décrocher » du travail pour jouer, rire et vivre dans l’instant présent, tout simplement.

J’ai aussi d’autres activités qui me tiennent à cœur même si j’ai souvent peu de temps à y consacrer. Le chant par exemple. Je chante tout le temps, partout, dans la voiture, dans la maison (je crois qu’il n’y a qu’au bureau que je ne chante pas en fait !). Le chant me booste ou me calme, c’est vraiment quelque chose d’essentiel pour moi. Sinon j’aime beaucoup nager, faire du vélo, me promener dans la nature…. Et aussi regarder des séries sur Netflix ;-).



Parlons magie, si j’avais le pouvoir d’exaucer 3 de tes vœux pour les 5 prochaines années ? Quels seraient-ils ?

Mon premier vœu serait que Lady Green continue à se faire connaitre et devienne la marque chouchou des jeunes filles, ce serait la plus belle récompense ! Que de plus en plus de jeunes filles puissent découvrir les produits, améliorer leur peau, se sentir belles…

Mon deuxième vœu serait de vivre dans un monde plus green. J’aimerais que tout le monde ait enfin le déclic, prenne enfin conscience de la nécessité de protéger notre environnement. Offrir à nos enfants un monde plus sain que celui dans lequel nous vivons actuellement.

Mon troisième vœu serait… de passer une soirée avec John Snow  (on peut rêver non ?)



Entrepreneure, épouse et maman de 2 jeunes enfants, tu as déjà tout d’une wonder woman, mais si tu pouvais avoir un super pouvoir, lequel choisirais-tu ?

J’aimerais avoir le super pouvoir de me cloner pour pouvoir faire plus de choses en même temps ! Les journées sont trop courtes, le temps passe trop vite, j’aimerais avoir un double pour pouvoir travailler et en même temps passer plus de temps avec ma famille, mes amis, pouvoir sortir plus.



Pour finir, pourrais-tu nous partager ton motto ou ta philosophie ?

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve une réalité. » (Antoine de St Exupery)


Et toi, as-tu aimé découvrir l’interview de Virginie ? Y-a-t-il des questions que tu aimerais lui poser ? N’hésite pas, Virginie se tient prête à répondre à toutes tes questions ;-).

#INTERVIEW #ENTREPRENEUR

Partage l'article

Laisse ton commentaire